Biographie et Manifeste de Nikisha Sanders

Modification : Comme précisé dans ce communiqué, Nikisha Sanders a retirée des listes 2015 par le Conseil d’Administration de l’OTW.

Bio

Nikisha Sanders a une licence en sociologie et anthropologie de l’Université Earlham, où elle a rédigé un mémoire sur la représentation du genre parmi les femmes queers. Elle a travaillé en tant qu’activiste pour la sensibilisation et l’éducation sur le SIDA, a fait du lobbying pour les droits LGBT au niveau local et régional en tant que personnel de la Fairness Campaign (Campagne d’Equité), et a été membre du conseil d’administration de la coalition Jobs with Justice (Emplois avec la Justice) du Kentucky. De 2007 à 2011, Nikisha a fait partie du personnel du Comité Finances de l’OTW (Organisation pour les Œuvres Transformatives). Elle a siégé au Conseil d’Administration (CA) de 2011 à 2014, et a rejoint le Comité Développement et Adhésion en 2015, amenant avec elle son expérience en matière de gestion d’organisations à but non lucratif, de collecte de fonds et de comptabilité, ainsi qu’un intérêt très personnel pour la sensibilisation des populations aux communautés de fans de couleur. Elle a rejoint les fandoms en ligne en 2000 en tant que fervente lectrice de fanfictions sur Buffy the Vampire Slayer. Depuis 2006, elle écrit pour plusieurs fandoms de séries télévisées et de films. Récemment, ses centres d’intérêts dans le fandom se sont étendus aux fanvidéos, aux webcomics et au Marvel Cinematic Universe (Univers Cinématique Marvel).

Manifeste

1. Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections au Conseil d’Administration ?

J’ai passé trois ans au service du CA suite à mon élection en 2011. La décision de me représenter, après avoir passé une année en tant qu’officière de l’OTW, et membre du personnel régulière, n’a pas été prise à la légère, j’y ai réfléchi pendant des mois. Je vais être très franche, je ne sais toujours pas si c’est la bonne décision. J’ai commis des erreurs la première fois, et je suis certaine d’en refaire. Ce dont je suis sûre, cependant, c’est que pour chaque erreur commise, j’ai fait des efforts pour m’excuser, pour les corriger en agissant ou en réfléchissant, et pour en assumer la responsabilité.

Pendant mon premier mandat, j’ai été capable d’agir en digne représentante des membres du personnel au sein du CA, surtout lorsque les autres administrateur-trice-s refusaient de leur parler ou de les écouter. J’ai réussi à construire et entretenir des relations avec un certain nombre de comités et de personnes qui se sentaient mis à l’écart par le CA. Grâce à ceci, ces relations ont bien entendu perduré. J’ai pu aider à la mise en place de plusieurs projets et pratiques qui ont, à leur tour, changé les opérations internes de l’organisation de manière très positive.

Je crois fermement être capable de le refaire, et je sais que c’est absolument nécessaire. Je ne suis pas d’accord avec la direction que le CA de 2015 a prise. Sa façon d’agir est de moins en moins transparente, et certains des progrès accomplis pendant mon mandat ont été inversés. Je pourrais citer la discussion de litiges pendant les sessions ouvertes du CA, ainsi que l’encouragement de dialogues plus larges entre membres du CA et membres du personnel. J’ai été personnellement témoin de cette coupure entre les comités et leurs liaisons au CA. Très peu d’efforts ont été faits pour encourager des interactions régulières avec les membres du personnel autres que les président-e-s ; au lieu de ça, je n’ai pu qu’observer le CA prendre des décisions ayant un impact sur le travail délégué aux comités, sans vraiment comprendre ou appréhender les réalités de celui-ci. Cela ne peut être changé que de l’intérieur.

2. Quelles compétences et expériences apporteriez-vous au Conseil d’Administration ?

J’ai vingt ans d’expérience dans le monde du non lucratif, j’ai occupé des rôles allant de celui de bénévole à celui de directrice exécutive. J’ai effectué plusieurs tâches, comme des levées de fonds, de la supervision et formation de bénévoles, du rayonnement, de la gestion financière et des coordinations de réunions, entre autres choses. Grâce à mes rôles au sein de l’OTW, passés comme présents, j’ai eu l’occasion d’effectuer chacune des responsabilités mentionnées ci-dessus au niveau de l’organisation.

En tant que membre du CA de l’OTW, j’étais l’une des deux administratrices responsables de la création du groupe de travail Prévisions Stratégique, et j’ai aidé au développement et à la mise en place des premières phases de sa feuille de route. J’ai travaillé avec le Comité Bénévoles et Recrutement afin de garantir la mise en place d’un Code de Conduite; et d’une Procédure d’Action Corrective et Constructive, ajoutant ainsi des moyens de protéger tous/toutes les bénévoles de l’OTW. En plus de cela, j’ai défendu les changements préconisés par le Comité Bénévoles et Recrutements concernant les politiques de recrutement et d’intégration. Au sein-même du CA, j’ai aidé les autres administrateur-trice-s dans leurs efforts pour exiger une documentation plus poussée des activités du CA, et l’ouverture de nos réunions à tous/toutes. Nous avons également préparé le terrain pour la mise en place de politiques de résolution des conflits ayant pour but d’augmenter les responsabilités de tout le personnel, mais aussi des administrateur-trice-s.

Chacune de ces réussites ont débouché sur des politiques sur lesquelles j’ai travaillé durant une bonne partie de l’année 2015, en tant que membre régulière du personnel et en tant qu’Officière détachée du CA. J’ai pu observer de mes propres yeux les forces, les faiblesses et les répercussions des décisions que j’ai prises lorsque j’étais moi-même au CA, et l’impact qu’ont ces choses sur le travail du personnel et des comités. Peu de personnes ont l’occasion de voir la situation sous cet angle, les administrateur-trice-s ne reviennent que rarement en tant que membres du personnel après leur mandat, mais le CA pourrait amplement bénéficier de cette perspective.

3. Quels projets souhaiteriez-vous mener à bien au cours de votre mandat ?

Je veux faire en sorte que l’OTW continue à être indispensable dans cinquante ans, et pour cela, j’aimerai commencer par la mise en place d’un plan stratégique, ainsi que le recrutement de membres exécutifs du personnel sous contrat. Le minimum, pour nous, serait de pouvoir travailler avec : un/une Officier-ère Exécutif-ive en Chef, un/une Officier-ère Financier-ère en Chef, un/une Officier-ère Technique en Chef ou un/une Codeur-euse en Chef et un/une Gestionnaire/Analyste Système, un/une Conseiller-ère Juridique en Interne, et un/une Directeur-trice des Ressources Humaines. Idéalement, la priorité serait de recruter à temps plein ou partiel rémunéré des membres du personnel de l’OTW occupant déjà des postes similaires. J’aimerais également que certain-e-s de nos membres du personnel puissent réduire leurs heures de bénévolat pour qu’elles soient plus gérables et équilibrées.

Pour assurer notre durabilité, nous devons développer nos capacités de rayonnement, et de levée de fonds. Le Comité Développement et Adhésion a toujours eu d’excellentes idées en la matière, et j’aimerais les voir se réaliser. On peut citer, par exemple, la mise en place d’un programme majeur de donateur-trice-s et d’une structure pour les dons planifiés et les legs caritatifs, et d’accroître la présence de l’OTW lors de conventions ou de conférences. En tant que membre du CA, j’aimerais les aider à construire un programme solide pour ces choses, et travailler en collaboration avec les Administrateur-trice-s, actuel-le-s comme passé-e-s. Cela nous permettrait de trouver les meilleurs moments pour communiquer avec les personnes nous apportant leur soutien (ou pouvant le faire), ainsi que pour promouvoir les projets de l’OTW auprès de nouveaux publics.

À la fin de mon mandat, je souhaiterais voir le CA fonctionner de manière plus traditionnelle, et se concentrer sur les problèmes de gouvernance. Pour cela, les administrateur-trice-s doivent améliorer leurs compétences en gestions, et apprendre à trouver l’équilibre entre la négligence bénigne et la micro-gestion. L’intégration d’une formation externe, et la mise en place d’un comité de pilotage constitué de contractuel-le-s, de membres du personnel et d’ancien-nes président-e-s serait une bonne approche. Cela aurait pour effet de libérer du temps pour le CA, et lui permettrait de se concentrer sur les buts à long terme de l’organisation.

4. Quelle est votre expérience en ce qui concerne les projets de l’OTW ? Comment collaboreriez-vous avec les comités qui en sont responsables, pour les soutenir et les renforcer ? Veuillez inclure Archive of Our Own – AO3 (Notre Propre Archive), Transformative Works and Cultures – TWC (Cultures et Œuvres Transformatives), Fanlore, le projet Legal Advocacy (Soutien Juridique) et Open Doors (Portes Ouvertes), mais n’hésitez surtout pas à développer les sujets qui vous intéressent le plus.

En tant que membre du CA, puis Trésorière, j’ai travailé avec tous les comités de l’OTW d’une manière ou d’une autre, et tous nos projets me sont très familiers. Je sais d’expérience que mon rôle d’Administratrice consisterait en grande partie à suivre la direction que les comités ont choisi de prendre, d’avoir confiance en leur expertise, et de répondre à leurs requêtes. Il serait parfois nécessaire de leur poser des questions gênantes. Elles permettraient de garantir que leur travail s’inscrive bien dans la mission générale de l’OTW, et réponde à ses besoins, ainsi qu’aux obligations légales que toute organisation caritative enregistrée doit remplir.

Un exemple en rapport avec tout cela s’est produit fin 2014/début 2015. Un projet répondant à la mission et aux buts de notre organisation a été proposé, sans toutefois adresser la question de la collaboration avec les autres comités. Il ne prenait pas non plus en compte les possibles répercussions financières. J’ai été capable de soulever ces problèmes, et de discuter avec le comité de solutions pour combler à ces manques ; cela a permis une meilleure compréhension du projet, de ses besoins, et de l’impact potentiel sur l’organisation entière.

D’un point de vue général, je pense que l’une des meilleures choses que je puisse apporter est la possibilité de travailler avec chaque comité si nécessaire, afin d’avoir différents aperçus sur leurs travail, et les aider à connecter tous ces projets aux buts que nous partageons.

5. Choisissez deux
sujets/problèmes que vous souhaiteriez voir apparaître sur la liste des
priorités de l’OTW, qu’ils soient internes ou externes. Que signifient-ils pour
vous, et pourquoi, selon vous, ont-ils de l’importance? Comment les
intégrerez-vous au travail effectué durant votre mandat ?

Je continue à considérer mon travail pour l’OTW sous l’angle des levées de fonds et des finances, et je pense que ces deux éléments devraient être prioritaires en interne. Nous n’avons jamais été en meilleure forme qu’aujourd’hui du point de vue de la gestion financière et de nos capacités à récolter des fonds. Nous devons continuer sur cette lancée, et étendre ces efforts à d’autres activités, comme le fait de mettre en place un programme majeur de donateur-trice-s, une structure pour les dons planifiés, et placer nos fonds sur des comptes d’investissements, nous permettant ainsi d’augmenter les intérêts générés.

Pour ce qui est de l’externe, j’aimerai voir l’OTW construire plus de relations avec les communautés de fans, que ce soit dans les espaces en ligne, ou hors-ligne. Je m’intéresse tout particulièrement à accroître notre temps de présence pendant les conférences, les conventions, et lors d’autres évènements. La possibilité de rencontrer les autres fans en personne est un privilège, et nous avons les moyens de rendre ceci possible pour nos membres du personnel et bénévoles souhaitant promouvoir le travail effectué par l’OTW. Nous pouvons utiliser ces endroits pour héberger des panels, présenter des intervenant-e-s. Ce sont également des occasions d’avoir des conversations sur les œuvres de fans, sur les écueils juridiques que nous rencontrons en tant que créateur-trice-s, les domaines de recherche académiques émergents pour les études sur la fanculture, et sur l’importance de préserver l’histoire des fans et leurs artefacts. Mon but est de travailler avec le Comité Développement et Adhésion et le CA afin de construire un programme de rayonnement bien ciblé, et de profiter des occasions qui s’offrent à nous d’agrandir notre réseau et de promouvoir notre travail.

6. D’après vous, quelles sont
les responsabilités fondamentales du/d’un Conseil d’Administration ?
Connaissez-vous les obligations légales du Conseil d’Administration d’une
organisation à but non lucratif basée aux États-Unis ?

Je connais très bien les obligations légales d’un CA à but non lucratif, car avant de joindre l’OTW, j’ai fait partie de deux d’entre eux, en tant que représentante du personnel, et en tant qu’Administratrice. J’ai également travaillé plus de vingt ans dans ce domaine.

Pour moi, la question des responsabilités fondamentales se divise en deux parties. Dans la première figurent des responsabilités légales et fiduciaires de bonne gouvernance strictes, les devoirs de loyauté, de précaution et d’obéissance qui guident la gestion des ressources et la gestion financière. Ces derniers élements sont les doctrines de la gestion non-lucrative. Deuxièmement, je suis d’avis que les administrateur-trice-s ont des responsabilités compliquées et de temps en temps très vagues vis-à-vis des personnes avec lesquelles et pour lesquelles ils/elles travaillent. Parmi ces responsabilités, on peut citer l’honnêteté, la responsabilité, le fait de se rendre disponible auprès des membres du personnel pour les soutenir, les guider, et collaborer ; prendre du recul tout en faisant des efforts raisonnables pour comprendre tous les détails et ce, dans le but de mettre en place un programme qui permettra de rendre l’organisation durable pour le futur.

7. Comment comptez-vous concilier votre mandat d’administrateur-trice avec vos rôles actuels au sein de l’organisation ? Alternativement, comment pensez-vous organiser la passation de ces rôles pour vous concentrer sur votre mandat ?

J’ai déjà quitté mon poste de Trésorière, ce que j’avais l’intention de faire avant la fin de l’année quoi qu’il en soit. J’ai l’intention de rester en tant que membre du personnel du Comité Développement et Adhésion, qu’importe le résultat de l’élection. En raison de la charge de travail très peu élevée de ce comité en dehors des deux campagnes d’adhésions annuelles, et de mon désir de voir le CA s’intéresser de plus près à la levée de fonds, je n’ai pas d’inquiétude quant à ma capacité d’assumer ces deux rôles.