Biographie et Manifeste de Milena Popova

Biographie

Milena Popova a entamé sa romance tumultueuse avec le fandom il y a désormais plus de vingt ans (ne faites pas le calcul, merci). La culture populaire traditionnelle lui semble maintenant bien fade, du fait de son avide consommation de fanfictions, et ne constitue plus qu’un passage obligé pour entrer dans un fandom. Milena a donc décidé de tirer parti de son addiction et de faire carrière dans ce domaine. Il/Elle rédige actuellement une thèse sur la représentation du consentement sexuel dans les fanfictions. Dans une vie antérieure, il/elle était gestionnaire de projets et de technologies dans une grande multinationale. Il/Elle possède également beaucoup d’expérience dans l’univers du bénévolat, notamment grâce à son mandat au sein du conseil d’administration de deux organisations à but non lucratif basées au Royaume-Uni. Au sein de l’OTW (Organisation pour les Œuvres Transformatives), il/elle est gardien-ne des tags depuis deux ans et demi et est récemment devenu-e membre du personnel du Comité Communications pour le projet Fanhackers. Milena habite dans le sud-est de l’Angleterre avec son chat (ou plutôt chez son chat), Chili, aussi connu sous le nom de Cultural Theorist Cat (Chat Théoricien de la Culture).

Manifeste

1 – Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections pour le Conseil d’Administration (CA) ?

Le fandom en général et l’OTW en particulier m’ont apporté tellement de joie/bonheur que je souhaiterais apporter quelque chose en retour à cette communauté. C’est pourquoi je soutiens et adhère à l’OTW depuis assez longtemps. Je suis gardien-ne des tags bénévole depuis deux ans et demi, et je suis récemment devenu-e membre du personnel du Comité Communications pour le projet Fanhackers. Je possède de nombreuses compétences et une solide expérience qui, je pense, seraient aussi utiles en-dehors de ces fonctions. Maintenant que la crise de 2015 est passée, et que le plan stratégique est en cours d’exécution, l’OTW se trouve dans une phase de consolidation à laquelle je pense pouvoir réellement contribuer de manière positive. En effet, j’ai un certain talent et une passion pour la création et la gestion de projets de long terme. Or, ces projets ne sauraient voir le jour sans des structures organisationnelles durables et des procédures de travail solides. Je possède justement les compétences nécessaires pour mettre en place ces cadres-là et estime qu’elles constitueraient un atout pour l’organisation à l’heure actuelle.

2 – Quelles compétences et expériences pourriez-vous mettre à profit au sein du CA ?

J’ai fait partie du conseil d’administration de deux organisations à but non lucratif basées au Royaume-Uni ; j’y gérais à la fois l’orientation générale de l’organisation et sa gouvernance comptable, mais j’ai aussi eu l’occasion d’y mener des projets spécifiques et d’entreprendre quelques améliorations. J’ai appris à repérer, grâce à ces postes, les problèmes pouvant survenir dans ce type d’organisation et à trouver les solutions adéquates. Cela m’a permis de comprendre comment gérer une organisation de façon responsable et durable. J’ai également conscience du rôle essentiel que jouent les bénévoles dans les organisations à but non lucratif et, plus particulièrement, au sein de l’OTW. En effet, nous sommes tous/toutes bénévoles, sans exception, que nous soyons « membres du personnel » ou non. J’ai acquis beaucoup d’expérience en matière de gestion de bénévoles, aussi bien au sein du CA d’autres organisations à but non lucratif qu’en tant que coordinateur-trice régional-e des bénévoles pour une campagne politique. Je tiens particulièrement à créer des environnements qui donnent aux bénévoles le sentiment d’être apprécié-e-s et valorisé-e-s, tout en leur offrant la possibilité de grandir et développer ses compétences. De plus, j’ai été, pendant une dizaine d’années, gestionnaire de projets de grande envergure dans le secteur privé. J’ai également l’habitude de travailler dans des cadres multiculturels, reposant sur une collaboration qui s’étend au-delà des frontières, et mélange ainsi différents fuseaux horaires, langues et cultures. Par ailleurs, je m’efforce d’adopter une approche collaborative du travail : je cherche avant tout à forger des alliances et à trouver des solutions profitables pour tout le monde. Plus récemment, j’ai représenté les étudiant-e-s de mon université au sein de plusieurs conseils, ce qui a contribué de façon significative à l’amélioration de la vie des élèves. Je n’ai ainsi aucune difficulté à naviguer au sein d’organisations vastes et complexes, en tenant compte des besoins de chacun-e et en trouvant des compromis.

3 – Choisissez un ou deux objectifs pour l’OTW qui vous semblent importants et sur lesquels vous souhaiteriez travailler pendant votre mandat. Pour quelles raisons y êtes-vous attaché-e ? Comment comptez-vous contribuer à leur réalisation ?

Je pense que le cadre des responsabilités du CA s’est nettement précisé ces dernières années, mais il gagnerait à être davantage défini. En réalité, il s’agit là d’une de mes priorités. Les rapports d’activités journalières du CA sont certes bien meilleurs qu’auparavant, mais recevoir régulièrement des informations, mêmes succinctes, sur la situation globale serait, à n’en pas douter, un avantage considérable. Ces rapports peuvent simplement informer sur l’avancement de l’exécution du plan stratégique, ou encore sur l’état de nos dépenses, vis-à-vis de nos récoltes de fonds et de notre budget. Je suis favorable à la suppression de la distinction entre bénévole et membre du personnel, et je proposerais également de changer notre structure afin que les bénévoles actif-ive-s puissent voter lors des élections, indépendamment de leur statut d’adhésion. Ils/Elles consacrent une grande partie de leur temps à assurer le bon fonctionnement de l’organisation, et méritent d’avoir leur mot à dire concernant sa gestion, qu’importe leur contribution financière. Enfin, je souhaiterais améliorer notre champ de responsabilités vis-à-vis des communautés de fans. En effet, je suis bien conscient-e que nous ne parviendrons jamais à satisfaire tout le monde ; cependant, certain-e-s sont prêt-e-s à nous faire part de commentaires tout à fait légitimes. J’aimerais trouver des manières de travailler avec ces personnes de manière constructive.

4 – Quelle expérience avez-vous des projets de l’OTW, et comment collaboreriez-vous avec les comités concernés pour les soutenir et les faire évoluer ? Merci d’inclure une grande variété de projets dans votre réponse, mais n’hésitez pas à insister sur ceux qui vous sont plus particulièrement familiers.

Je travaille surtout sur Archive of Our Own – AO3 (Notre Propre Archive) en tant que gardien-ne des tags, et au sein du Comité Communications sur le projet Fanhackers. Dans le cadre de mes recherches académiques sur la fanculture, j’ai également soumis des articles à Transformative Works and Cultures – TWC (Œuvres et Cultures Transformatives). Je connais toutefois les activités des autres projets, Legal Advocacy (Soutien Juridique), Fanlore et Open Doors (Portes Ouvertes), et j’ai conscience de leur importance. Je suis par ailleurs cyberactiviste, et estime que le travail du Comité Juridique sur la nature transformative des œuvres de fans et le statut du droit d’auteur-e est indispensable non seulement au sein du fandom, mais aussi bien au-delà. Étant à la fois fan et chercheur-euse, je me passionne aussi pour les missions de Fanlore et d’Open Doors, à savoir la préservation de l’histoire du fandom, de son identité et de sa créativité.

Certes, ma fonction actuelle au sein de l’organisation ne me permet pas vraiment de connaître le fonctionnement précis de tous les projets et comités. Ma priorité serait donc de comprendre ce que les différentes équipes attendent du CA et comment nous pouvons les soutenir au mieux. J’ai l’impression que nous sommes en sous-effectif dans certains domaines, ce qui nous force à toujours travailler dans l’urgence. Dans ces conditions, il est difficile d’adopter une perspective stratégique et de mettre en place les structures nécessaires pour un fonctionnement stable à long terme. J’aimerais travailler avec les comités et sur les projets concernés pour trouver des solutions viables. Pour y parvenir, je pense que nous pourrions, par exemple, améliorer nos procédures de recrutement, de formation et de rétention. Nous pourrions aussi permettre à certain-e-s membres du personnel (plus précisément, à ceux/celles qui disposent de compétences, telles que le graphisme, pouvant aisément être utilisées sur différents projets) de travailler en “électrons libres”, c’est-à-dire en circulant entre divers comités selon les besoins du jour. Enfin, nous pourrions nous concentrer sur le renforcement de nos capacités de gestion de projet. Toutes ces idées ne seraient pas nécessairement appliquées à toutes les situations, mais je souhaiterais discuter en ces termes avec les comités, afin de savoir quelle solution conviendrait à quel contexte.

5 – Comment comptez-vous concilier vos responsabilités d’administrateur-trice avec vos rôles actuels au sein de l’organisation ? Le cas échéant, comment pensez-vous organiser la passation de ces fonctions pour vous concentrer sur votre mandat ?

En fonction du temps requis pour l’exercice de mes fonctions, je pourrais réduire ma charge de travail en tant que gardien-ne des tags, en commençant notamment par abandonner les fandoms qui disposent déjà d’autres gardien-ne-s. Je souhaiterais cependant conserver mon rôle au sein de Fanhackers, ce qui ne devrait pas être problématique, puisque ce travail et mon “véritable emploi” de chercheur-euse en Études relatives à la Fanculture se recoupent à bien des égards.

Ce billet d’actualités a été traduit par les traducteur-trice-s bénévoles de l’OTW. Pour en savoir plus sur notre travail, merci de consulter la page du Comité Traduction sur transformativeworks.org.