Biographie et Manifeste d’Alex Tischer

Biographie

Alex Tischer est docteur-e en médecine vétérinaire ECC (Emergency and Critical Care – Soins Intensifs d’Urgence). Il/Elle a grandit en Allemagne et vit actuellement au Royaume-Uni. Il/Elle a découvert les fandoms avant le nouveau millénaire, et en a exploré un trop grand nombre pour tous les lister ici. Les plus récents sont Rivers of London, Person of Interest et Mad Max: Fury Road. Il/Elle est membre de l’OTW (Organisation pour les Œuvres Transformatives) depuis 2008, et a rejoint les rangs de ses bénévoles à la même époque. En plus des fandoms liés aux médias, il/elle a rejoint par hasard le monde bizarre, mais merveilleux, des sports. Ce dernier peut se réveler étonnement similaire aux fandoms, notamment parce qu’il intéresse un public de niche. Lorsqu’il/elle n’est pas en train de soigner des animaux malades, Alex s’amuse à faire des parcours du combattant, de l’escalade et du trail, ainsi qu’à consommer des livres, des films et des séries.

Manifeste

1. Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections au Conseil d’Administration ?

Le Conseil d’Administration (CA) actuel rencontre en ce moment des problèmes internes et structurels qu’il n’a pas encore réussi à résoudre de manière satisfaisante. Pire encore, du fait de ses multiples interactions avec nos autres comités, il finit par contaminer le reste de l’organisation. Je trouve très inquiétants le manque de vision et de communication de ses membres, ainsi que leur incapacité à établir des priorités. Certains de nos comités sont tellement ralentis par la documentation et les procédures exigées qu’ils ne réussissent plus à avancer dans leurs tâches journalières, et/ou ne parviennent pas à définir des buts précis pour leur futur. Au lieu d’aider ces comités, le Conseil s’emploie plutôt à envenimer la situation.

Nous continuons à souffrir d’un taux de rotation des bénévoles très important, ainsi que de problèmes structurels graves à l’échelle de l’organisation. L’un d’entre eux est le manque total de supervision financière et comptable : notre comptabilité ne devrait pas relever de la compétence d’une seule et même personne. En devenant membre du Conseil d’Administration, je pourrais proposer des changements plus concrets que de simples modifications procédurales inutiles, et participer à leur mise en place. Cela nous permettrait d’avancer réellement vers le futur, au lieu de passer notre temps à réinventer la roue.

2. Quelles compétences et expériences apporteriez-vous au Conseil d’Administration ?

Au cours des dernières années, j’ai été membre actif-ive d’un certain nombre
d’organisations et de comités. Grâce à ces derniers, j’ai pu explorer plusieurs rôles, comme ceux de trésorier-ère d’un Syndicat Étudiant, ou de membre des comités Web, et Hygiène et Santé de mes organisations professionnelles. Toutes ces expériences m’ont énormément appris sur la gestion du personnel, et je me souviens encore des jours que j’ai passé à créer les plannings de plus de 40 étudiants en postdoc et/ou d’internes en clinique. Elles m’ont également appris à appréhender une tâche de différentes manières, ainsi qu’à trouver des solutions créatives à un problème donné. Je pense que le CA actuel ne possède aucune compétence en la matière, et j’aimerais combler ce manque.

En ce qui concerne l’OTW, je suis devenue membre du personnel du Comité Traduction il y a un peu plus d’un an, après avoir travaillé au sein d’autres comités pendant six ans. J’ai ainsi pu découvrir les défis quotidiens auxquels nous devons tous et toutes faire face, et contribuer à relever certains d’entre eux à l’échelle où je pouvais intervenir. Cela m’a également donné la possibilité d’entrer en contact avec nos autres comités, et d’avoir un aperçu de leurs projets à long terme, mais aussi de leurs limites. Je suis en mesure d’apporter au CA la vision dont il a tant besoin, ainsi que des informations précieuses sur la façon dont nos plus grands comités fonctionnent et prospèrent.

Le CA a également beaucoup de mal à communiquer avec nos bénévoles, membres du personnel, et président-e-s de comités. Mon travail en tant que vétérinaire, et mon expérience au sein du Comité Traduction, avec ses 170+ bénévoles, m’ont appris à communiquer de façon franche et efficace. Je suis certain-e de pouvoir promouvoir une bonne ambiance de travail dans l’organisation.

3. Quels projets souhaiteriez-vous mener à bien au cours de votre mandat ?

Je considérerais mon mandat un succès si j’arrivais à rendre l’organisation un temps soit peu plus ouverte à la communication, et les comités moins compartementalisés. Nous devons impérativement nous efforcer à mettre en place plus de transparence, et plus de coopération entre les comités. Cela nous permettrait de donner à nos utilisateur-trice-s ce qu’ils/elles méritent vraiment : une organisation semblable à une mécanique bien huilée, pouvant consacrer toute son énergie et sa force à l’amélioration de ses projets, au lieu de perdre son temps dans des chamailleries internes.

Si la question portait sur mes projets idylliques, disons que je placerais la création d’un cadre de travail capable de soutenir les projets de l’OTW très haut sur la liste des mes priorités. Prenons l’exemple du Comité Revue Académique : c’est un groupe relativement indépendant et autonome, il bénéficie de l’aide du CA en cas de besoin, mais la confiance qui lui est accordée permet à ses membres de prendre leurs propres décisions. Son taux de renouvellement du personnel a été minimal au cours des cinq dernières années, et son 20ème numéro a été publié en septembre. Même si tous les comités ne peuvent ou ne devraient pas être aussi indépendants, celui-ci montre bien qu’en leur faisant confiance, le CA les soutient efficacement..

Un autre exemple tout particulièrement pertinent est celui d’Archive of Our Own – AO3 (Notre Propre Archive). Le CA a détourné son attention d’AO3 pour des raisons qui m’échappent. Quand on sait à quel point ce projet nous est cher à tous/toutes, la logique voudrait qu’il bénéficie des meilleurs soins. J’aimerais vraiment pouvoir le ramener sur le devant de la scène exécutive, afin de pouvoir donner à notre minuscule équipe de codeur-euse-s bénévoles les moyens de l’améliorer. Nous ne devrions plus les laisser se débattre dans leur coin à cause d’un manque de fonds ou d’outils adéquats.

4. Quelle est votre expérience en ce qui concerne les projets de l’OTW ? Comment collaboreriez-vous avec les comités qui en sont responsables, pour les soutenir et les renforcer ? Veuillez inclure Archive of Our Own – AO3 (Notre Propre Archive), Transformative Works and Cultures – TWC (Cultures et Œuvres Transformatives), Fanlore, le projet Legal Advocacy (Soutien Juridique) et Open Doors (Portes Ouvertes), mais n’hésitez surtout pas à développer les sujets qui vous intéressent le plus.

J’ai rejoint l’OTW en 2008, et j’ai donc pu assister à sa naissance et à celle de ses comités. Au fil des années, j’ai apporté mon aide à un certain nombre d’entre eux, en tant que testeur-euse, gardien-ne des tags, membre du personnel du Comité Support Technique, et traducteur-trice. Plus récemment, mon rôle de membre du personnel du Comité Traduction m’a permis d’apprendre à intéragir avec les autres comités ; j’ai ainsi pu leur apporter mon soutien, tout en me familiarisant avec les styles et ambiances de chacun d’entre eux. J’ai compris qu’une communication claire, des réponses rapides aux e-mails, et une ouverture et une flexibilité d’esprit sont les meilleurs atouts. La manière d’aborder chaque comité doit être adaptée à leurs besoins spécifiques ; collaborer avec le Comité Juridique est forcément différent du travail avec le Comité Revue Académique, tout comme Fanlore et Portes Ouvertes présentent leurs propres défis.

Les comités sont en général très conscients de leurs faiblesses et points forts, et je pense qu’il est important d’essayer de ne pas imposer une aide venant des échelons supérieurs. Bien au contraire, nous devons nous assurer que la collaboration et le soutien proposés soient véritablement acceptés et nécessaires. Pour cela, il nous faut entretenir plus de contacts interpersonnels au lieu de multiplier la documentation pour la forme. Ce dernier élément ne nous laisse que très peu d’espoirs pour un futur productif.

Mettre en avant l’un de nos projets est assez difficile pour moi, car chacun d’entre eux répond à des besoins spécifiques et essentiels au fandom. Je suis heureux-euse de les voir tous prospérer, et je continuerai à faire de mon mieux pour aider les comités qui s’en occupent. Être élu-e me permettrait simplement d’en faire plus pour eux, et me donnerait la possibilité de résoudre des problèmes pressants tels que le manque de respect et de compréhension mutuels qui caractérisent leurs relations avec le CA.

5. Choisissez deux sujets/problèmes que vous souhaiteriez voir apparaître sur la liste des priorités de l’OTW, qu’ils soient internes ou externes. Que signifient-ils pour vous, et pourquoi, selon vous, ont-ils de l’importance? Comment les intégrerez-vous au travail effectué durant votre mandat ?

Je pense que faire le ménage dans notre structure administrative devrait être une priorité. Le fait de ne pas avoir de comité dédié à nos finances est assez révélateur. D’un point de vue externe, c’est une sacrée source d’embarras pour l’organisation. D’un point de vue interne, cela cause beaucoup de stress et d’inquiétude. Le fait que les personnes continuent à vouloir faire des dons malgré l’absence d’un comité Finances fiable, et d’une structure d’audit, est une preuve supplémentaire de l’importance et de l’utilité de nos projets. Malgré cela, il serait irresponsable de continuer à nous reposer sur la confiance de nos utilisateur-trice-s en notre bonne foi : nous leur devons bien plus que ça. La structure administrative actuelle ne tient en place que grâce à la bonne volonté et aux efforts constants de certain-e-s de nos président-e-s, membres du personnel et bénévoles les plus actif-tive-s. La moindre des choses serait de les remercier pour leurs services en améliorant la communication entre les comités, et en réduisant les charges administratives qui pèsent sur les comités qui produisent du contenu pour nos utilisateur-trice-s. Ceci nous permettrait sans aucun doute de réduire notre taux de renouvellement du personnel, de lisser les processus de productions, et d’encourager la sortie de plus de contenu et la création de nouvelles fonctionalités, pour le plus grand plaisir de nos utilisateur-trice-s.

Par ailleurs, l’internationalisation est un but plus tourné vers l’extérieur vers lequel nous devons progresser. Selon moi, un des aspects les plus cruciaux de l’OTW est sa capacité à réunir autour de leur passion pour le fandom des fans venant des quatre coins du monde. Traduire tous nos projets et obtenir les ressources nécessaires pour soutenir notre projet Legal Advocacy (Soutien Juridique) en dehors des États-Unis sont des buts admirables, mais nous ne serons pas capables de les mener à bien en l’état actuel des choses. Jusqu’à présent, les solutions proposées par le CA n’ont pas aidé. Confier la responsabilité de l’internationalisation à un seul et même comité ou groupe de travail ne fonctionne pas et ne sert pas grand chose, surtout si les moyens d’action de ce dernier ne sont pas à la hauteur de ses ambitions. J’aimerais pouvoir modifier notre stratégie à ce sujet, et laisser à chaque comité la liberté de travailler sur ces problématiques de façon efficace.

6. D’après vous, quelles sont les responsabilités fondamentales du/d’un Conseil d’Administration ?
Connaissez-vous les obligations légales du Conseil d’Administration d’une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis ?

Je suis bien entendu au courant des obligations légales. Il serait assez peu judicieux de se présenter aux élections au CA sans avoir lu les lois et textes pertinents !

Au-delà de ses obligations légales, je pense que la responsabilité clé de notre CA est de posséder une vision opérationnelle de l’ensemble de l’OTW. Les membres du CA doivent garder en tête nos contraintes financières et de nos buts stratégiques, tout en supervisant nos comités et en les soutenant lorsqu’ils en ont besoin. Ils et elles doivent être à la fois la vision et la force motrice de notre organisation.

D’un point de vue plus concret, cela signifie que les membres du CA doivent assister aux réunions, et y être ponctuel-le-s. Il leur faut également répondre aux e-mails dans les meilleurs délais, et entretenir et encourager des relations cordiales avec nos partenaires professionnel-le-s (qu’ils/elles viennent d’autres organisations ou de simples sociétés avec lesquelles nous avons des contrats, en commençant par payer nos factures à temps, par exemple), ainsi qu’avec nos bénévoles. Il leur faut également se tenir informé-e-s des derniers évenements importants ayant eu lieu dans chacun de nos comités, sans pour autant s’impliquer au point de perdre de vue nos objectifs de long terme. Enfin et surtout, il faut qu’ils/elles soient tenu-e-s responsables de leur travail parce qu’ils/elles sont le seul aperçu que nos utilisateur-trice-s ont des membres actif-ive-s de l’organisation. Cela signifie que les membres du CA doivent faire preuve de plus de transparence et d’honnêteté, et faire des efforts constants pour que leur travail, leurs discussions, et leurs prises de décisions soient plus ouverts aux membres de l’OTW, ainsi qu’à ses bénévoles.

7. Comment comptez-vous concilier votre mandat d’administrateur-trice avec vos rôles actuels au sein de l’organisation ? Alternativement, comment pensez-vous organiser la passation de ces rôles pour vous concentrer sur votre mandat ?

Je suis en général très efficace, et très doué-e pour gérer mon temps ; c’est pourquoi je ne vois pas la nécessité d’abandonner mes postes actuels au sein des comités Traduction et Support Technique si je suis élue. Au fil des années, j’ai développé une manière productive de répartir mon temps afin de pouvoir terminer mes tâches journalières et plus encore. Je jongle actuellement sans aucun problème entre mes vies professionnelle et personnelle, et le travail que j’effectue pour les comités de l’OTW. Je n’aurai aucune difficulté à allouer un temps défini au travail relatif au CA, et à y inclure une bonne marge pour m’occuper des tâches urgentes et imprévues.

Le tout est de savoir s’organiser, et franchement, quel genre d’administrateur-trice serais-je si je ne réussissais même pas à gérer mon temps ? Cela me semble être le minimum de compétence requis pour être au volant d’une organisation internationale ; après tout, gérer des fuseaux horaires multiples et des emplois du temps contraignants est une réalité de tous les jours pour chacune-e d’entre nous.